Visuel du bouquet de services académiques

Circonscription du Soissonnais

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Un album saisissant, sans texte, presque angoissant, destiné aux lecteurs de cycle 3 qui permet de travailler l'imaginaire, de mettre l'élève en situation de réagir oralement sur une œuvre originale, de partager des émotions, un ressenti... Les nombreuses situations présentées sont autant de déclencheurs pour donner l'envie d'écrire, comme a pu l'être l'album de Chris Van Allsburg, « Les Mystères d'Harris Burdick », présent il y a plusieurs années dans toutes les écoles, avec ses illustrations fantastiques et mystérieuses accompagnées d'une seule phrase. Le livre use de peintures franches et pleine page, souvent des gros plans qui fixent le regard. Le lecteur se retrouve comme fasciné, impatient de mesurer les associations d'idées improbables qui président au saut des pages. Les tableaux hypnotiques aux couleurs profondes et inquiétantes s'enchaînent selon un rythme effréné et baladent le lecteur dans le monde des songes, toujours à la limite entre rêve et cauchemar. Certains peuvent effrayer en évoquant des personnages de conte, d’autres invitent au voyage. Chaque univers est représenté par un bâtiment, à la fenêtre duquel on s’approcherait à pas feutrés, pour voir ce qu’il contient. Chaque tableau est traversé par cette sensation d’étrangeté et de poésie, d'une manière surréaliste qui rappelle l’œuvre de Magritte, avec ses trompe-l’œil et ses motifs de ciel et de nuages. Comme un message sur l'évolution du monde, l'urbain tend à supplanter la nature, ou à venir la polluer, la perturber : usines et gratte-ciels s'invitent ainsi dans les champs de radis géants ou parmi les icebergs... A partir de 8 ans, 18 € {La nuit quand je dors...}, Ronald Curchod, éditions Rouergue (2014)

La nuit quand je dors...

Un petit bonhomme noir s’endort sur un lit un peu dur, dans une pièce carrelée pratiquement vide... Très vite, il se réveille et part à l’aventure. C’est un renard sortant du creux d’un arbre, un ogre ayant quitté son manteau d’ours blanc, une maison de pierre à l’envers, des pygmées sur la banquise, les deux yeux d’un volcan qui se révèlent les lumières d’une usine... Les scènes, simples visions ou situations plus complexes, s’enchaînent au gré des déplacements du héros jusqu’au retour prévisible au lit, à l’aube.

Un album saisissant, sans texte, presque angoissant, destiné aux lecteurs de cycle 3 qui permet de travailler l’imaginaire, de mettre l’élève en situation de réagir oralement sur une œuvre originale, de partager des émotions, un ressenti...

Les nombreuses situations présentées sont autant de déclencheurs pour donner l’envie d’écrire, comme a pu l’être l’album de Chris Van Allsburg, « Les Mystères d’Harris Burdick », présent il y a plusieurs années dans toutes les écoles, avec ses illustrations fantastiques et mystérieuses accompagnées d’une seule phrase.

Le livre use de peintures franches et pleine page, souvent des gros plans qui fixent le regard. Le lecteur se retrouve comme fasciné, impatient de mesurer les associations d’idées improbables qui président au saut des pages. Les tableaux hypnotiques aux couleurs profondes et inquiétantes s’enchaînent selon un rythme effréné et baladent le lecteur dans le monde des songes, toujours à la limite entre rêve et cauchemar. Certains peuvent effrayer en évoquant des personnages de conte, d’autres invitent au voyage. Chaque univers est représenté par un bâtiment, à la fenêtre duquel on s’approcherait à pas feutrés, pour voir ce qu’il contient. Chaque tableau est traversé par cette sensation d’étrangeté et de poésie, d’une manière surréaliste qui rappelle l’œuvre de Magritte, avec ses trompe-l’œil et ses motifs de ciel et de nuages.

Comme un message sur l’évolution du monde, l’urbain tend à supplanter la nature, ou à venir la polluer, la perturber : usines et gratte-ciels s’invitent ainsi dans les champs de radis géants ou parmi les icebergs...

A partir de 8 ans, 18 €

La nuit quand je dors..., Ronald Curchod, éditions Rouergue (2014)

Mise à jour : 31 mars 2017