Visuel du bouquet de services académiques

Circonscription du Soissonnais

Pour l'école de la confiance

Sommaire

Un album émouvant de Séverine Vidal, sur un thème peu abordé de la Seconde guerre mondiale dans la littérature jeunesse : le témoignage des camps et le retour à la vie normale. L'originalité de cet album qui peut figurer dans une bibliographie d'ouvrages pour la jeunesse autour de la Shoah, sujet très difficile à traiter à l'école primaire, réside dans l'approche de la déportation choisie par l'auteure : le retour et la reprise du cours de la vie après une telle épreuve, pour le déporté et pour sa famille. Le récit écrit à la troisième personne, de manière externe à l'histoire, fait vivre avec tact et justesse les relations familiales dans un contexte aussi délicat et permet au lecteur de cycle 3 de connaître le point de vue de chacun des membres de la famille : le père qui, muré dans le silence, reprend difficilement le cours de la vie, la mère attentive aux réactions des siens et aimante, la fille qui rejette ce revenant qu'elle perçoit comme un fantôme ou un squelette, le fils qui veut essayer par tous les moyens de comprendre son père, ne supportant pas les réactions négatives des autres face à cet être qui a tant changé. La relation entre le fils et le père va évoluer, grâce au cocon que constitue l'arbre dans lequel l'enfant a l'habitude de se réfugier, et la tendresse va leur permettre de se retrouver par les regards, puis par les mots. On comprend comment l'enfant va redonner toute la force à son père pour combler le silence et l'amener à se sentir prêt à lui raconter sa période dans le camp de concentration, pour leur bien commun, et on réalise que ce silence ne l'avait pas empêché d'être à l'écoute de son fils. C'est par le prisme de cette histoire d'amour entre père et fils que le contexte historique est présenté au jeune lecteur, petit à petit, délicatement : la déportation du père suite à une rafle, la vie relativement paisible du reste de la famille, protégée dans un village sous l'Occupation, le retour des camps et la fin de la guerre. Cycle 3 - 14€ {Huit saisons et des poussières}, Séverine Vidal, éditions les P’tits Bérets (2014)

Huit saisons et des poussières

Le père d’Amos et de Sarah vient de rentrer à la maison, après un peu plus de deux ans de déportation dans les camps de concentration. Huit saisons et des poussières ! La famille s’habitue à son retour, doucement, en silence car le père d’Amos et de Sarah ne parle pas.
A l’école, les autres se moquent. Alors Amos se bat, rentre de l’école en courant et se réfugie dans son arbre. Il décide de rester là, en attendant que sa colère et son chagrin disparaissent.

Un album émouvant de Séverine Vidal, sur un thème peu abordé de la Seconde guerre mondiale dans la littérature jeunesse : le témoignage des camps et le retour à la vie normale.

L’originalité de cet album qui peut figurer dans une bibliographie d’ouvrages pour la jeunesse autour de la Shoah, sujet très difficile à traiter à l’école primaire, réside dans l’approche de la déportation choisie par l’auteure : le retour et la reprise du cours de la vie après une telle épreuve, pour le déporté et pour sa famille.

Le récit écrit à la troisième personne, de manière externe à l’histoire, fait vivre avec tact et justesse les relations familiales dans un contexte aussi délicat et permet au lecteur de cycle 3 de connaître le point de vue de chacun des membres de la famille : le père qui, muré dans le silence, reprend difficilement le cours de la vie, la mère attentive aux réactions des siens et aimante, la fille qui rejette ce revenant qu’elle perçoit comme un fantôme ou un squelette, le fils qui veut essayer par tous les moyens de comprendre son père, ne supportant pas les réactions négatives des autres face à cet être qui a tant changé.

La relation entre le fils et le père va évoluer, grâce au cocon que constitue l’arbre dans lequel l’enfant a l’habitude de se réfugier, et la tendresse va leur permettre de se retrouver par les regards, puis par les mots. On comprend comment l’enfant va redonner toute la force à son père pour combler le silence et l’amener à se sentir prêt à lui raconter sa période dans le camp de concentration, pour leur bien commun, et on réalise que ce silence ne l’avait pas empêché d’être à l’écoute de son fils.

C’est par le prisme de cette histoire d’amour entre père et fils que le contexte historique est présenté au jeune lecteur, petit à petit, délicatement : la déportation du père suite à une rafle, la vie relativement paisible du reste de la famille, protégée dans un village sous l’Occupation, le retour des camps et la fin de la guerre.

Cycle 3 - 14€

Huit saisons et des poussières, Séverine Vidal, éditions les P’tits Bérets (2014)

Mise à jour : 31 mars 2017